Dejima

Activités

Echanges

Aux échanges de Dejima, Français et Japonais se retrouvent une fois par semaine à l’INALCO afin de participer à des activités et des sorties. Parmi les activités proposées on retrouve des jeux de sociétés, des blind test musicaux, des discussions sur des thèmes variés où vous pourrez améliorer votre niveau en vous corrigeant mutuellement dans le cadre d’une ambiance conviviale. Au fil du temps, les activités et les discussions donnent naissances à de vraies amitiés entre les participants aux activités et pas seulement entre Français et Japonais, mais aussi parmi les personnes de même nationalité. Les échanges sont l’occasion, comme leur nom l’indique, d’échanger. Les participants aiment par ailleurs y organiser des goûters ou d’autres sorties particulières : la sortie au marché de Noël des Champs-Elysées, le pique-nique du Hanami en avril, et autres évènements particuliers. Si venir rencontrer des Japonais ou d’autres personnes de divers horizons vous intéresse, n’hésitez plus, et venez échanger !

En découvrir plus

Cérémonie du thé

Shima no Ha (島葉) est le club de cérémonie du thé japonaise (茶の湯). Chaque semaine, nous nous réunissons pour apprendre à servir le thé, le préparer et le boire. Nous vous invitons à venir la pratiquer avec nous, dans le respect le plus proche possible de la cérémonie au Japon. Animé par des étudiants passionnés, nous vous proposons de vous apprendre tous les gestes nécessaires à sa réalisation. La cérémonie du thé est arrivée au Japon vers le 13ème siècle, durant l’époque d’Edo. Elle a été pratiquée par les élites, puis codifiée par les moines bouddhistes, notamment zen, avant de s’étendre à toutes les couches sociales. Elle représente la symbiose de l’hôte (手前) et l’invité autour d’un bol de thé dans un cadre sobre, dénué de luxe. Cet art ne se limite par à savoir servir le thé, il demande des connaissances en calligraphie (書道), en ikebana (生け花) et précisément le chabana (茶花) ou encore la céramique et les métiers du bois (bambou). La cérémonie du thé est encore quelque chose d’important dans la culture japonaise, encore pratiquée. Nous vous invitons donc à venir découvrir un art spirituel qui vous offrira une profondeur encore plus grande pour la culture japonaise et ne pourra que vous être bénéfique.

En découvrir plus

Club anime

Club anime Ouvert en 2016 par Guillaume Thomas, que ce dernier a repris pour l'année 2017-2018, le club Anime est comme son nom l’indique, un club où les fans d’anime se rassemble pour regarder leurs licences favorites et en discutant sous de points de vue un peu plus professionnels et réfléchis que du simple bindgewatching. On évoque ainsi les concepts derrière certains animes, l’histoire, les personnages, les évolutions etc. Les membres du club choisissent entre eux les licences qu’ils vont suivre. De plus, en partenariat avec crunchyroll, le club visionne ses épisodes en toute légalité et discute d’ailleurs de ce point là avec ses membres. Repris par Nicolas pour l’année 2016-2017, les participants du club anime sont également les petites mains qui ont permis l’organisation des karaoke géants de l’Association tout au long de l’année.

En découvrir plus

Calligraphie

Une fois par semaine se tient un atelier de calligraphie sino-japonaise avec le partenariat de l’association Chinalco où l’on découvre et pratique non seulement la calligraphie chinoise (Shūfǎ (書法) mais aussi la calligraphie japonaise (Shodō (書道)). En effet, même si celles-ci ont développé leurs caractéristiques et leurs styles propres, elles partagent les mêmes fondements. Ainsi durant cet atelier, avant de découvrir les bases de l’écriture des Kanji (漢字), on se familiarise avec le matériel nécessaire à tout calligraphe, que l’on nomme aussi les quatre trésors du cabinet du Lettré : le pinceau (fude, 筆), l’encre (sumi, 墨), la pierre (suzuri, 硯) et le papier. Cette année, nous avons eu l’occasion de s’exercer sur des petits mais aussi des grands formats. Après avoir adopté une bonne posture et une bonne technique de saisie du pinceau, on étudie les traits fondamentaux puis leurs variantes en commençant par le style régulier (kaisho, 楷書). Puis, ayant acquis une certaine aisance dans ce style, on pourra s’essayer aux autres styles qui tendent à une abstraction plus poussée tels que le semi-cursif (gyôsho, 行書) ou cursive (sôsho, 草書) entre autres. L’idée est d’exprimer aussi sa propre créativité ! Tout calligraphe se doit également d’avoir quelques compétences dans l’art de graver les sceaux (tenkoku, 篆刻) et nous avons la chance de disposer de matériel pour la réalisation de sceaux et selon les souhaits des participants, des séances de tenkoku seront organisées. A l’occasion de la Journée du Monde Chinois, des participants de l’atelier ont réalisé une petite exposition de leurs œuvres et nous avons tenu un atelier découverte à l’inaculturelle et à la journée du Japon de l’INALCO.

En découvrir plus

Jeux traditionnels

Venez découvrir une autre facette de la culture japonaise dans une ambiance détente ! Le club de jeux traditionnels propose de vous faire découvrir quatre jeux qui sont toujours présents dans le paysage japonais moderne : Le Hanafuda : un jeu de carte se jouant à deux, bien connu des yakuza. L’objectif est d’obtenir le plus de points en créant des combinaisons à l’aide des cartes de notre main et celles sur la table. Le Mahjong : il se range dans la catégorie des jeux de carte mais se joue avec des tuiles. Le Mahjong se joue à quatre, chaque joueur pioche et défausse une tuile de sa main tour à tour afin de composer une main gagnante le plus vite possible. Le Shogi : équivalent japonais des échecs. Le but est de capturer le roi adverse. Il se différencie de nos échecs par le déplacement des pièces, un système de promotion ainsi que la possibilité de réutiliser les pièces adverses capturées. Le Go : originaire de Chine, c’est l’un des plus ancien jeu de stratégie de l’Histoire. Deux joueurs posent à tour de rôle des pierres noires et blanches sur un plateau. Les règles sont simples mais la stratégie se révèle beaucoup plus complexe.

En découvrir plus

Club manga

Venez au club, amusez-vous et devenez Mangakas ! 部活に来て、楽しんで、そして漫画家になれ !!! Le club manga donne des conseils pour tous les niveaux dans une atmosphère conviviale et détendue. Nous prévoyons parfois des thèmes pour les séances suivantes et des activités organisées par le club. Des dessinateurs de tous les niveaux, de tous styles et de tous départements sont les bienvenus !

En découvrir plus

Sanshin

L’Association Dejima a un partenariat avec le Sanshin club de Paris, qui répète avec des adhérents amoureux du sanshin et de la culture des îles d’Okinawa. Le club de sanshin se réunit tous les samedi après-midi à partir de 16h sous la direction de Laurent Naillot. Son but est de permettre la découverte du sanshin (三線), un instrument à trois cordes venu d’Okinawa et dont la table d'harmonie est traditionnellement tendue de deux peaux de python. Le club pratique essentiellement des chants populaires d'Okinawa par opposition au répertoire classique de l'ancienne Cour des Ryûkyû (dissoute en 1879). Chansons à boire ou à danser, couplets grivois, satires ou protest songs, les textes mettent en scène le quotidien des villages et des faubourgs d'autrefois, mais également l'histoire récente d'Okinawa : modernisation, guerre et occupation américaine, tourisme de masse, dans un registre parfois humoristique. Le sanshin accompagne toujours un chant - d’où l’appellation "utasanshin" (うたさんしん - 歌三線) - la plupart du temps en uchinâ-guchi (la langue d'Okinawa). Les musiques d'Okinawa se distinguent par ailleurs des musiques du Japon métropolitain autant par les modes ("gammes") employés que par leur rythme syncopé. L’instrument est vraiment accessible à tous : sa pratique ne requiert aucune connaissance musicale préalable. La plupart des membres du club ont débuté de zéro il y a un an et demi : ils peuvent aujourd'hui jouer ensemble différents morceaux, plus ou moins difficiles. Il n’est pas absolument nécessaire de posséder un sanshin ou d’en acheter un pour intégrer le club : un certain nombre sanshin sont mis à disposition des membres via Dejima par la Coopérative des facteurs de sanshin d'Okinawa (dans la limite des stocks disponibles). A ceux qui penseraient ne pas savoir chanter, Florian, l’ancien responsable et professeur du club, conseillait avant tout de "chanter fort, et surtout avec conviction ; cela donne l'impression aux spectateurs que l'on chante bien. Le voix, elle, se fait au fur et à mesure que l'on chante".

En découvrir plus